HCG (Human Choronic Gonadotropin)

Vitagon-3-vials_wm-300x172Human Choronic Gonadotropin en anglais ou en français, Hormone Chronique Gonadotrope Humaine, aussi nommée Gonadotropine Humaine.

Il s’agit d’une hormone glycoprotéique produite au cours de la grossesse de la femme, et aussi fabriquée par l’embryon juste après la conception et plus ensuite par le trophoblasthe (un des tissus du placenta). Sa présence dans le sang est détectable dès le 10ème jour qui suit l’ovulation. Pour la trouver dans les urines, il faut attendre encore quelques jours.

Cette hormone n’existe que chez les primates (humains par exemple et dans ce cas il s’agit de la HCG) ainsi que chez les équidés (Anesses et juments par exemple pour les équidés, dans ce cas il s’agit de ECG : Equine Chorionic Gonadotropin, avant appelé Pregnant Mare Serum Gonadotropin – PMSG)

La principale fonction de l’HCG est le maintien du corps jaune pendant la grossesse (jusqu’à la 9ème semaine) et aussi de sa sécrétion de progestérone. Elle a cependant aussi un effet anti-gonadotrope en inhibant la sécrétion de la LH et de la FSH.

L’HCG est considérée comme stéroïdogène puisqu’elle permet aussi la sécrétion de progestérone du corps jaune et stimule également la sécrétion des stéroïdes des gonades fœtales. C’est une GnRH trophoblastique qui régule la synthèse et la sécrétion d’HCG.

 

HCG en médecine

imagesSa présence est très rapidement repérable, sans avoir nécessité de le doser. Un exemple bien connu est le principe du test de grossesse.

Lors de sa recherche et en le dosant, l’information donnée par les taux donne une estimation de l’âge de la grossesse, de repérer une grossesse molaire ou bien extra-utérine.

Une analyse du dosage entre la 15ème et 17ème semaine de la grossesse, croisée avec d’autres paramètres permet d’évaluer un risque plus élevé de trisomie. En cas de doute suite aux résultats, une amniocentèse (procédé chirurgical consistant à retirer à l’aide d’une aiguille un peu de liquide amniotique) est alors pratiquée pour infirmer ou confirmer les risques ou déceler d’autres anomalies génétiques ou chromosomiques.

 

HCG & fertilité

20150108_223810_AndroidL’HCG est produite naturellement par le corps humain. Cette hormone augmente l’activité des ovaires et de l’ovulation des femmes et soutient la production de l’hormone sexuelle féminine : l’œstrogène.

Pour les hommes, elle stimule la création de la testostérone, indispensable à la production des spermatozoïdes. Pregnyl en est un exemple.

Les hormones de l’hypothalamus (les analogues de la GnRH) freinent la production d’hormones sexuelles féminines pour contrôler l’ovulation. Il en existe deux types : antagonistes et agonistes. Les antagonistes interviennent directement sur la prévention d’ovulation prématurée.

Dans le cycle naturel un rôle primordial est tenu par les gonadotrophines (FSH et LH).

Pour les gonadotrophines, hormones FSH et LH les fonctions sont définies comme suit : L’hormone FSH est la simulatrice de la croissance des follicules et la production de l’hormone œstrogène féminine. La maturation finale de l’ovule ainsi que le démarrage du cycle de l’ovulation sont motivés eux par l’hormone LH

Pour les femmes, le rôle de cette hormone HCG permet donc de déceler une grossesse et, lorsqu’elle est dosée, de dater celle-ci de manière précise. C’est aussi le moyen de suivre l’évolution en bonne santé du fœtus au cours du déroulement de celle-ci.

C’est aussi pour les femmes rencontrant des soucis de fertilité une aide au traitement permettant d’influer sur l’ovulation et la production d’hormones sexuelles.

Du côté masculin, l’utilisation de cette hormone peut être faite en cas de soucis de cryptorchidie (non descente des testicules), pour la stimulation de la sécrétion d’androgène par les cellules et aussi pour le traitement de la stérilité en aidant à la production de spermatozoïdes. Enfin, cette hormone est aussi utilisée pour le traitement des défaillances de production d’hormones au niveau des testicules.

 

L’utilisation du HCG dans le cadre d’un cycle de cure de prise de stéroïdes anabolisants

hcg-injections-7db02132Lors de la prise de stéroïdes, l’inhibition de la production de spermatozoïdes est très rapide, avec oligospermie (présence de spermatozoïdes de manière anormalement faible par rapport à la moyenne) et une azoospermie (absence totale de spermatozoïdes dans le sperme) possible. Cela provoque également une atrophie des testicules et des effets féminisants bien connus comme la gynécomastie (la modification de la sécrétion d’hormones provoque la croissance des seins chez l’homme due à l’augmentation des œstrogènes). Il y a aussi régulièrement rencontrés, des soucis de fertilité et une réelle modification de la libido, trouble de celle-ci… voir même impuissance.

D ‘après l’ensemble des éléments que nous avons vus précédemment, ainsi que l’utilisation qui est faite de l’hormone HCG dans les différents traitements, vous comprendrez aisément que celle-ci peut donc être utilisée pour différentes raisons dans les cures de prise de produits à effet de prise de masse musculaire ou de perte de graisse pour obtenir de la masse « sèche ».

L’hormone HCG n’est pas un stéroïde anabolisant. Mais comme vous l’avez parfaitement bien compris, une hormone complémentaire que de nombreux culturistes et athlètes « de force » prennent durant la seconde partie ou en fin de leur cycle de prise de stéroïdes.

Les raisons de la prise de ce produit sont multiples et permettent principalement d’éviter les accidents de métabolisme ou les pertes de libido ou de capacité sexuelle. En effet, comme vous le savez, la prise de stéroïdes a pour conséquence de mettre en repos les testicules et donc de gérer une vraie baisse de libido, et aussi de production de sperme de qualité et cela durant tout le cycle de prise de stéroïdes, et encore quelques temps après l’arrêt de la prise.

sportif après l'entrainementLes stéroïdes étant androgènes, ils se substituent à l’action de la testostérone, qui, de ce fait, cesse d’être naturellement produite dans les testicules.

Cela est constaté pour les cycles de prise d’une durée de 4 à 5 semaines mais, aucune personne ne réagissant de la même manière, cela peut intervenir plus tôt.

Lors de la fin de la prise, en fin de cycle, le taux de testostérone est devenu alors dangereusement bas, il faut donc agir de manière urgente pour faire revenir ce taux au plus proche de la normale, car les stéroïdes n’étant plus pris, il n’y a plus aucun produit permettant de jouer le rôle des testostérones.

Toute la masse acquise durant le cycle risque donc d’être très rapidement perdue et une déshydratation grave peut donc apparaître.

C’est alors qu’il faut penser sérieusement à prendre de la gonadotrophine chorionique (HCG), et cela pour plusieurs raisons. Cette prise aura tout d’abord un effet de protection, et relancera immédiatement la production naturelle de testostérone dans les testicules, et donc aussi de réguler une libido et une qualité de sperme proche de la normale. L’hormone HCG remplace alors l’hormone luteïnisante nommée aussi LH (voir plus haut dans le texte) qui normalement a en charge de déclencher la production de testostérone qui fait automatiquement défaut dans la prise, et quelques jours après la prise du cycle de stéroïdes.

La prise de HCG se fait sous la forme de HCG prégnyl, utilisé par les bodybuilders, pour aider les testicules à retrouver leurs tailles et leurs fonctions d’origine. Il a également des fonctions d’amélioration de la performance sportive.

HCG Pregnyl contient des gonadotrophines chorioniques humaines. Cette enzyme est celle qui prend en charge le système de reproduction féminin.

L’utilisation de l’hormone HCG, en fin de cycle de prise de stéroïdes, permet donc d’éviter au maximum des « crash » et aussi de revenir dans les meilleurs délais à une situation normale.

A la lecture de l’ensemble de ces éléments, l’hormone HCG (Human Choronic Gonadotropin) tient un rôle réellement important pour les sportifs, athlètes de force, haltérophiles, bodybuilders et fans de musculation intensive qui prennent de manière régulière ou non des cycles de stéroïdes afin de leur permettre de réduire les risques sur les testicules, leur qualité de sperme, de libido, et de revenir à un taux proche de la normale de manière rapide de testostérone, dans le corps, après l’arrêt du cycle de prise.

Elle est considérée par les bodybuilders comme un produit de thérapie de fin de cycle.

Un autre point très important, et positif pour les compétiteurs, est que la gonadotrophine chorionique humaine n’est pas décelable lors des tests anti dopage aux stéroïdes. De ce fait, de nombreux compétiteurs prennent ce produit avant les concours ou compétitions pour conserver un niveau assez élevé d’androgènes.

Commentaires
  1. lehuede  janvier 16, 2017

    bonjour, donc si on utilise hcg tout au long d’une cure on as toujours un sperme efficace?

    répondre

Ajouter un commentaire